En voyage sur les routes de l'Europe et de l'Asie

Iran #3 : des îles à la frontière

Qeshm :
nous y entrons avec le camion par un bac.

Nous retrouvons un couple de Français rencontré plus tôt à Téhéran puis Kashan : Val et Luc. Ils voyagent en poids lourd aménagé jusqu’en Mongolie. (Il s'avère qu'au moment où j'écris cet article nous sommes toujours ensemble, soit presque 2 mois après notre 1ère rencontre) 😉

Nous bivouaquons tout près du Canyon Chahkooh : de la roche façonnée par l'érosion faisant un décor lunaire en plein désert. Nous nous enfonçons dans les failles de plus en plus étroites, où les enfants s'amusent à grimper et à jouer à cache-cache.

Au sud de l'île, nous découvrons la Grotte de sel de Namaki qui est la plus étendue au monde avec ses 6600m de long. Nous ne sommes pas allés au bout, il fallait ramper 😉 C'est très surprenant !

Et autour, un lac de sel.

Nous nous trouvons un petit bivouac en bord de mer perdu au milieu de nulle part, avec pour seule compagnie : des dromadaires !

J'en profite même pour me baigner en bikini à l'abri des regards mais chuuuut ! Faut pas l'dire ! 😉

Nous traversons, par une piste, des décors désertiques surprenants, proche mais différent, de la Cappadoce (Turquie) et Monument Valley (USA). Qeshm est une île désertique, sèche et très chaude. Nous avons des températures supérieures à 40°C. Pour être honnête, couverte de la tête au pied, je râle un peu...

Nous partons en excursion en bateau pour espérer observer des dauphins. Nous avons eu le privilège d’en apercevoir des dizaines : des familles complètes avec leurs bébés faisant des sauts juste devant nous. Tilio et Mali ne savaient plus où donner de la tête !

En temps normal la balade dure 1H30 mais notre capitaine était de très bonne humeur : il nous a offert une balade de 2H30 ! Il a même essayé de pêcher mais en vain.

Nous quittons Qeshm après une semaine de "repos", pour demander une extension de visas à Bandar Abbas, ces derniers arrivants à leur terme. Et c'est reparti pour 30 jours supplémentaires ! Nous n'en ferons que 15... bah oui, faut avancer quand même !

Nous avions rencontré plusieurs voyageurs nous parlant d'une autre île en face de Bandar Abbas : Hormuz. On décide d'y aller pour 2 petites journées. C'est une petite île volcanique d'une quarantaine de km2 dans le détroit du même nom. Ne pouvant pas y aller avec le camping car, on prend la toile de tente pour camper sur une plage là-bas. Arrivés sur place, un tuk-tuk nous emmène faire le tour de l'île.
Rainbow montain : les montagnes passent du vert, rouge, jaune, vert...
Silver beach : dans la terre rouge, il y a plein de paillette d'argent d'où son nom
notre petit bivouac sur la plage : seuls au monde !

La nuit en toile de tente n'était pas des meilleures ! Sans matelas, dormir à même le sable quand t'as 20 piges, ça passe. Mais on ne les a plus ces 20 ans ! Et pour couronner le tout Mali a été malade toute la nuit... Pour repartir, on fait du stop. Le seul véhicule qu'on a croisé est une moto. Il fera 2 allers-retours pour nous ramener au port. Ces 2 jours à Hormuz ont été une belle expérience pour toute la famille dans un décor magnifique !

Si le trajet aller était plutôt calme, ce n'est pas le cas pour le retour... la mer est très agitée ! Mali a un peu le mal des transports, heureusement il s'est vite endormi dans mes bras. Gaëtan et Tilio, n'ayant pas de place assise, se sont retrouvés dans la cale du bateau, sans air, sans lumière... bref, ils sont vite remontés dès le 1er vomi d'une petite fille ! 😊

Nous devons maintenant amorcer la remontée vers le nord de l'Iran. De Bandar Abbas, nous allons directement à Yazd, soit 660 km. Nous faisons une halte sur la route pour la nuit. On se trouve un petit coin bien sympa au pied d'une montagne, juste avant un petit village. A minuit, la police nous réveille et nous somme de quitter les lieux pour aller dormir dans une station essence car l'endroit est soit disant "dangereux". On essaie de batailler, on leur explique que les enfants dorment, qu'il n'y a rien d'effrayant ici... ils ne veulent rien savoir nous devons partir. Pour être sûr qu'on parte, un policier monte dans notre camion et nous suivons la voiture de police qui nous amène dans la station la plus proche. Obligé pour moi de me rhabiller et sans oublier de mettre le voile ! grrrr Notre début de nuit qui était si paisible s'est transformée en ultra bruyante avec les allers et venus sans cesse des poids lourds...

Yazd : En arrivant, on trouve une scierie pour recharger notre réserve de sciure pour nos toilettes sèches. On fait une fois de plus une rencontre extraordinaire ! Nous nous posons sur le parking d'un hôtel qui accueille gratuitement les voyageurs en camping car. Nous avons même accès gratuitement aux douches chaudes et le thé est à volonté ! Quel accueil ! On fait aussi plusieurs rencontres avec d'autres voyageurs.

Avec Jocelyne et Bernard de Tours
Cristina et Dominic et leur 3 enfants d'Allemagne
Mosquée Amir Chaghmagh

Ici, la plus haute des tours du vent d'Iran (36m) entouré par un joli jardin. Ces tours captent le vent afin de le restituer à l'intérieur de l'habitat doté de bassins, rafraichissant ainsi l'espace. Nous avons beaucoup aimé Yazd, enfin la vieille ville avec ses maisons en pisé.

Photo de Dominic prise par drone
Nous redescendons vers Kerman et le désert de Lut. On se balade dans le bazar et faisons une pause thé et Narguilé dans un ancien hammam transformé en salon de thé.

Un bon moment de détente partagé avec nos amis Les Mollalpagas. Dès le lendemain nous filons dans le désert de Lut. Premier bivouac au pied d'un caravansérail en ruine. Le cadre est juste magique ! Barbecue party ! Val et Luc nous retrouvent le lendemain et nous partons, ensemble, à la découverte du désert de LUT.

photo de Val

Re-barbecue party mais cette fois avec l'apéro ! Luc étant distillateur, il nous arrose avec quelques verres d'eau de vie. Et pour ne rien vous cacher, ce n'est pas la 1ère soirée 😊 En Iran, c'est plutôt bienvenue quand on sait que le pays interdit l'alcool... Une belle soirée dans un cadre hors norme. Pour moi le matin sera plus que difficile. En effet, cela fait 10 jours que je suis malade, après avoir mangé, je pense, une omelette indigeste. Une cure d'antibio et je serai sur pied après 12 jours de ... je vous passe les détails !!! Moi qui voulait perdre un peu de poids, ça, c'est fait ! Rien ne vaut une bonne bactérie dans le ventre 😊😊😊

Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur l'Iran, ont abimé 12 000 km de routes dont les 2 routes qui traversent le désert vers l'est. Nous sommes donc contraints de repasser par Yazd nous allongeant le trajet de plus de 400 km. Soit encore 1400 km à parcourir jusqu'à Mashad. Sachant qu'en quittant Bandar Abbas, nous étions remontés vers Yazd pour redescendre à Kerman et pouvoir emprunter la route qui traverse le désert vers l'est... on ne compte plus les détours en Iran. Dans mon prévisionnel, j'avais compté 1500 km, on en aura juste fait 5000 de plus...
On traversera des déserts et des déserts... les routes sont plus que correctes, par contre leurs pneus de voitures et de camions ne le sont pas. C'est impressionnant le nombre de pneus éclatés qui bordent les routes ! Ici, on les change lorsqu'ils sont éclatés. Pas de dépense inutile, c'est une façon de voir les choses...

En arrivant en Iran, nous faisions le constat que les iraniens conduisent... heu... comment dire pour ne vexer personne... En fait, il s'avère que ce n'est pas si catastrophique que ça. On est déjà allé en Inde et je ne sais pas si on peut faire pire que là-bas ? En tout cas, Gaëtan n'a pas été plus impressionné que ça par leur conduite "au feeling". Au contraire même, il est comme un poisson dans l'eau ! J'entends déjà les copains, qui connaissent la conduite de Gaëtan, rire et comprendre pourquoi il est aussi à l'aise 😉

Nous enchaînons les kilomètres, les paysages sont toujours désertiques jusqu'à arriver à une centaine de kilomètres de Mashad. Le décor change quelque peu faisant place à des montagnes et un peu de verdure, et ça fait du bien ! Les températures redescendent aussi, il faut remettre le chauffage. Nous faisons une courte escale dans des sources d'eau chaude. Les garçons nous réclamait depuis 3 mois une piscine et bien voilà, leur vœux est exaucé ! Nous rechargeons également nos bouteilles de gaz. La technique de remplissage employée par ce vieil homme nous parait super dangereuse mais c'est avec un grand sourire qu'il nous rend ce service. 

A Mashad, nous récupérons nos visas turkmène au consulat contre la modique somme de 160$. Il fait froid, il pleut, pas envie de sortir. Il y a quand même le mausolée de l'imam Reza qui est le 2ème lieu de pèlerinage des musulmans après La Mecque.  On se motive, avec Audrey et Anaïs on enfile un tchador et on part visiter cet édifice.

 

photo : Les Mollalpagas
photo : Les Mollalpagas
photo : Les Mollalpagas

Retour aux camions en taxi. Habitude locale oblige, un taxi pour 8 fera l'affaire !

photo : Les Molalpagas

Après Mashad, nous faisons une dernière escale à Goushan, à 80 kilomètres de la frontière turkmène, où on dépense nos derniers Rials en faisant le plein de courses et de gasoil. Une dernière nuit iranienne avec Les Mollalpagas et Val et Luc (Gaëtan leur a trouvé un petit nom : les Lav Cul ! C'est du verlan 😉) avec qui nous ferons nos 5 jours de Transit au Turkménistan.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lili 10/05/2019 09:40

Magnifique trop contente d avoir pu lire vos aventures ca donne envie...et surtout l Iran est l un de mes reves...peut etre un jour. Bisous à vous 4!