En voyage sur les routes de l'Europe et de l'Asie

Cambodge #2 : on profite des copains !

C’est parti pour la découverte de la côte cambodgienne ! Retour à Kep, on profite un peu de Lulu, on se balade au marché "aux crabes"... et il n’était pas possible de quitter la ville sans goûter à la spécialité locale : le crabe au poivre vert de Kampot. Une tuerie ! 
Le Durian : fruit à l'odeur nauséabonde

Ce poivre est vraiment très bon. C'est d'ailleurs un des meilleurs du monde ! Nous sommes donc allés visiter une plantation de poivre à quelques kilomètres de Kep. Cette plantation, gérée par un couple franco-belge, emploie environ 150 personnes locales. Cette même plantation, finance une partie de l’école et offre à chaque élève un vélo pour qu’il puisse venir sans être en retard. Plutôt bon esprit ce projet ! Cette petite visite, dans un jardin très verdoyant et agréable, nous a permis de comprendre les différentes couleurs de poivre. En fait c'est le même mais pas ramassé à la même maturation ou séché différemment... Donc vert, rouge, blanc ou noir, il est toujours très bon !

Nous laissons le camping car à Kep en toute sécurité pour aller sur l’île de Koh Rong Samloen, en face Sihanoukville. Après 3h30 de taxi et 1h30 de bateau, nous accostons.

L’île, encore sauvage, est dépourvue de route et donc de véhicules. Mais hélas, ça ne va pas durer longtemps. Des chantiers de construction en béton ont déjà commencés... Nous avions loué des bungalows tout au bout de la plage, face à la mangrove : pas d’eau turquoise devant nous mais au moins la tranquillité ! Et le cadre est vraiment chouette.

Il nous suffisait de marcher 2 kilomètres à travers la jungle, et de se retrouver de l’autre côté de l'île, à l’abri du vent, sur une plage de sable blanc et à l’eau cristalline. Je disais qu'il n'y a pas de véhicule mais il y a des tracteurs pour ravitailler les restaurants. On s'est d'ailleurs amusé à faire du stop quand on en a vu un passer et... ça a marché ! 

Nous avons donc "larvé" pendant 3 jours à profiter du soleil, de la plage, des copains et... des cocktails !

@Lorette
@Lorette
@Lorette

Avec ma copine Lorette, on a testé le massage à l’huile. En arrivant, on voit des masseuses mais aussi des masseurs. On se dit que les masseuses c'est pour les femmes et les masseurs pour les hommes... Et bien non ! Ça ne marche pas comme ça ! Pour la première fois, nous nous sommes fait masser par des hommes. Je ne vous raconte pas ma tête quand il m'a demandé d'enlever mon tee-shirt... Mais c’était plutôt pas mal 😉.

Pour le retour vers Kep, nous avons emprunté le train qui relit Sihanoukville à Phnom-Penh. Ce train, plutôt différent de tout ce que nous avions déjà emprunté, ne disposait que d’une seule locomotive. En plus de traverser de charmant paysage, c’était plus rapide que par la route car cette dernière est en piteux état.

Les copains arrivent en fin de séjour il faut donc remonter vers la capitale. Le séjour s’est super bien passé même trop bien. Alors pour leur prouver que voyager en camping-car c’est pas toujours facile, on leur a fait le coup de l’enlisement ! Bon ça va, on s’en est vite sorti avec un gros camion et 5$. Au Cambodge, tout se monnaye !

Et puis on accompagne les copains à l’aéroport, triste moment mais on ne pleure pas parce qu’on sait que dans 4 mois on se retrouve en France !

@Lorette

Maintenant que les copains ont ramené des ressorts d’amortisseurs tout neuf, il faut trouver un garage pour les monter.

Pendant que Gaëtan travaille avec les mécanos de Ford, j’emmène les enfants au musée. Déjà que le mot « musée » n’est plus trop à leur goût en ce moment mais celui-ci est encore plus particulier. Nous sommes allés au musée du génocide. Je voulais comprendre un peu plus cette guerre qui a frappé le Cambodge dans les années 70 plus précisément de 1975 à 1979.

Lorsque les Khmers rouges ont envahi Phnom-Penh, ils ont déporté une grande majeure partie de la population dans les campagnes. Ils ont réquisitionné une école pour en faire un lieu de torture. Les hauts fonctionnaires, les professeurs, les artistes, les religieux… étaient donc capturés dans ce lieu et torturés à mort. J’avais pris un audio guide en français, je pouvais donc retranscrire aux garçons, tout en filtrant, ce que j’entendais. J’en suis ressortie bouleversée, Tilio choqué. Mali, lui, a besoin d’aller au bout des choses, il me suivait donc partout et me posait beaucoup de questions. Je ne regrette absolument pas d’y être allée, il était même important pour moi de le faire. En effet, ce peuple s’est reconstruit avec ça, il fait partie intégrante de son histoire. 1/4 de la population a trouvé la mort dans cette tragédie. Aujourd’hui l’âge médian au Cambodge est de 25 ans (41 ans pour la France).
 
Fin de visa oblige, il est temps pour nous de quitter la capitale et de rejoindre la frontière laotienne.
Malgré un début plus que chaotique, nous garderons que le côté positif de ce mois passé au Cambodge. Nous avons croisé beaucoup de sourires, des paysages fabuleux malgré une pollution plus qu'alarmante. Mille mercis à nos amis d'être venus partager un petit bout de notre voyage avec nous.
Dernière nuit cambodgienne...

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article